Archives pour la catégorie E.on et ses potes

35’000 tonnes de bois brésilien partis en fumée à Fos

Dans cet article de La Provence du 15 août, face à la disparition, lors des dramatiques incendies de forêt, de 35’000 tonnes de bois faisant partie du stock de Provence 4, le directeur de la centrale commence par minimiser cette perte, l’air de dire que 35’000 t, c’est une paille vis-à-vis des 850’000 t nécessaires pour une année. Un peu plus loin, il reconnaît tout de même qu’il ne sera peut-être pas si facile de réapprovisionner rapidement cette quantité de bois…

L’article de La Provence

Publicités

La bataille du bois a commencé

La bataille des poids lourds pour la ressource bois a bel et bien commencé :

Energie ou papier ? L’utilisation du bois
divise les industriels

Trois articles sur cet aspect : Fibre Excellence, la fabrique de pâte à papier de Tarascon, à dû s’approvisionner au Venezuela à cause de l’arrivée d’E.on sur le marché.

Article de Bois International

Article du Midi Libre

Article du Moniteur

Les incinérateurs se battent aussi entre eux

Article de Var-Matin sur la concurrence entre Inova et E.On

Le Parc national des Cévennes cautionne le gaspillage de ses forêts par l’électricien E.on

Si on ne l’arrête pas, la centrale de Gardanne brûlera 855 000 tonnes de biomasse par an pour produire de l’électricité.
Au mieux de sa forme, l’électricité produite ne représentera que 37% de l’énergie qui entrera sous forme de biomasse, le reste de l’énergie étant dissipé dans l’atmosphère de Gardanne et de Meyreuil (13).
L’allemand E.on et le Parc ont signé le 8 janvier 2014 un protocole devant ouvrir sur un partenariat destiné à garantir l’approvisionnement en bois de la centrale sur la zone du Parc.
C’est ainsi que du bois récolté dans les Cévennes pourrait fort bien être rejeté inutilement dans l’atmosphère des Bouches du Rhône.
Pour réussir cette performance insoutenable, E.on proposera aux bois cévenols  un voyage de 230km en camion, sur une base de  35 000 tonnes/an (soit 700 camions supplémentaires lâchés à travers villes et campagnes, mais plus si affinité !).

Texte du protocole de travail eon-parc national des cévennes

Article de La Marseillaise du 15-jan-2014

Un autre article du même journal, dont on ne sait pas s’il participe à la même opération de « greenwashing » : Proposer un renouveau sans gommer l’histoire

Article du Midi Libre du 16-janvier-2013 :

midi libre eon-pnc 16-jan-2014
midi libre eon-pnc 16-jan-2014

Voir aussi cet article sur ce même sujet